Musique et peinture : Midy introduit la peinture au « Visa For Music »

Musique et peinture

Midy : « C’est un privilège d’avoir introduit la peinture au « Visa For Music »

 

Yves Midahuen à l’état-civil, Midy de son nom d’artiste, est l’un des peintres plasticiens les plus cotés du Bénin voire d’Afrique. Son œuvre foisonnante et originale ne laisse personne indifférent, aussi bien en peinture qu’en sculpture. Seul artiste d’arts plastiques à la 5ème édition du Visa For Music à Rabat en novembre dernier, ce pur produit du Collège des Arts, Université des Sciences et Technologies de Kumassi (Ghana), a sans doute apporté à cet événement mondial, une innovation qui fera école les années à venir.

Ressortir toute l’harmonie qui existe entre la musique et la peinture, à travers des œuvres d’une rare élégance. Tel est le grand défi que s’est lancé Midy, artiste peintre plasticien Béninois dont les œuvres depuis plusieurs décennies déjà, traversent les quatre coins du monde. Il s’agit là d’un challenge énorme, surtout quand on sait que le Visa For Music est avant tout, le plus grand événement des musiques d’Afrique et du Moyen-Orient, qui rassemble les acteurs de toute la chaîne musicale et ses dérivés, en visant de faire de la capitale marocaine, une destination incontournable.

De la peinture au Visa For Music : une grande première !

« Le dossier pour ma participation au Visa For Music a été soutenu par Aristide Agondanou, Ambassadeur de ce grand événement pour le compte du Bénin, Togo et Nigéria. C’est d’ailleurs lui qui en avait eu l’initiative », renseigne le peintre plasticien Béninois. A en croire Midy, il s’agit en réalité de sortir quelque peu l’événement des sentiers battus en introduisant un phénomène nouveau sans pour autant s’éloigner du volet principal qu’est la musique, avec tout ce qui gravite autour comme acteurs directs et indirects ». Le projet n’a pas tardé à retenir fortement l’attention des organisateurs du Visa For Music par son originalité. C’est ainsi que pour la première fois à cet événement, les participants venus des quatre coins du monde ont découvert le génie de l’ancien élève du grand maître Joseph Kpobly. En effet, l’ingéniosité de Midy ainsi que l’originalité de ses œuvres ont ému plus d’un. L’artiste avoue d’ailleurs être retourné à Cotonou tout comblé, même si l’objectif de départ a dû être modifié quelque peu compte tenu de certaines contingences. « Même si les dispositions pratiques n’ont pu permettre de concrétiser le projet de « live painting » proprement dit, l’approche a fait son petit bonhomme de chemin tout au long de l’événement », fait observer Midy qui, dans le cadre cette 5ème édition du Visa For Music a réalisé plusieurs toiles dont notamment deux, qui rendent un hommage mérité à Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui œuvre acharnement pour une réelle intégration culturelle africaine, et à Brahim El Mazned, directeur du Visa For Music.

Chez Midy, on note une omniprésence du Jean qui s’insère dans la toile, en prenant la couleur de celle-ci, tout en restant assez présent pour qu’on devine ses poches à la géométrie si particulière, ses boutons de zinc et ses doubles coutures. Ce qui plonge l’observateur dans une succession de réminiscences. Les toiles de Midy sont surtout chargées d’histoires et dégagent des vibrations insoupçonnées.

La musique et la peinture comme sources de beauté et de guérison

Prises sur le vif, la musique et la peinture peuvent ne pas avoir de traits communs. Pourtant, à en croire Midy, ce sont deux arts qui se rejoignent parfaitement, notamment dans leur dessein d’apporter à l’homme, de la beauté : visuelle pour l’une et auditive pour l’autre. Mais également, musique et peinture peuvent être considérées comme de véritables thérapies pour soigner des maux. Pour preuves, indique l’artiste, « la sensation de bien-être intense que produisent certaines musiques et la charge spirituelle qui se dégagent de certaines toiles concourent à la guérison de bien de maladies chez des individus ». Il n’est d’ailleurs pas rare, appuie-t-il, « d’entendre certains psychologues indiquer à leurs malades la pratique de la méditation à base de certaines musiques ou la fréquentation d’espaces d’expression artistique ».

« Je suis heureux d’avoir introduit cette nouvelle approche dans cet événement connu pour être dédié exclusivement à la musique », se réjouit Midy qui, de ce fait, peut également se targuer d’être le précurseur de l’avènement de la peinture, comme nouvelle discipline artistique au Visa For Music.

Par Cir-Raoul HOUNGBEDJI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *