OCTOBRE ROSE

LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN, OU EN EST L’AFRIQUE

Selon l’OMS, le cancer de sein serait le cancer dont souffre le plus les femmes dans le monde. Son incidence serait en pleine croissance dans les pays en développement. Pour se donner de meilleures chances de lutter efficacement contre la maladie, le mois d’Octobre a été mondialement retenu comme mois de sensibilisation et d’actions de lutte contre le cancer de sein.

D’où le fait qu’on entende parler d’Octobre Rose ou de Pink October, en référence à cette période intensive d’activités de lutte contre le cancer de sein.

Malgré une lutte timide en Afrique, le cancer de sein y fait gagne du terrain avec un taux de survie catastrophique d’environ 40% dans les pays en développement, contre 80% dans les pays développés. Ce taux élevé de mortalité serait dû essentiellement à un dépistage tardif dans les pays en développement. Un tour d’horizon de plusieurs pays d’Afrique nous permettra d’avoir une idée de tout ce qui est fait sur le continent pour lutter contre cette maladie.

Au Maroc : La Fondation LALLA SALMA -Prévention et Traitement des Cancers a lancé depuis le 04 octobre 2013 une grande campagne de mobilisation pour le dépistage du cancer du sein, et cela se perpétue chaque année.
Environ, 30 000 personnes sont affectées chaque année par le cancer, et parmi les femmes atteintes de cancer, 34,7% ont un cancer du sein, ce qui représente environ 7000 nouveaux cas de cancer du sein par an.
Pour sensibiliser toutes les femmes de plus de 45 ans à l’importance du diagnostic précoce et les inciter à se rendre dans un centre de santé pour bénéficier d’un dépistage gratuit.

Sur le terrain, et à travers tout le royaume, plus de 2600 centres de santé du Ministère de la Santé seront mobilisés pour procéder au dépistage (examen clinique des seins effectué par un professionnel de la santé).
En cas de suspicion, et pour confirmer le diagnostic, la patiente bénéficie d’une mammographie gratuite dans l’un des centres de références de la Santé reproductive ou dans les hôpitaux.

Côte d’Ivoire : Dans ce pays le Cancer du sein tue annuellement plus de 10.000 femmes. « Nous enregistrons ces trois dernières années 14.500 nouveaux cas (par an) dont 10.500 décès. C’est énorme! », a affirmé le professeur Moktar Touré, cancérologue au CHU de Treichville à Abidjan.

L’Etat dont Le vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan a annoncé récemment la construction à Grand-Bassam d’un centre régional de radiothérapie et d’oncologie destiné à couvrir toute l’Afrique de l’Ouest. Ce projet, d’un montant de 71 milliards de FCFA (108 millions d’euros), sera financé par la Côte d’Ivoire.

En plus des efforts consentis par l’Etat, les associations et les organismes privés sont les plus actives sur le terrain, par l’organisation de nombreuses campagnes de sensibilisation et de dépistages.

Au Sénégal, près de 7.000 nouveaux cas de cancer du sein sont détectés chaque année, ce mois est l’occasion pour les autorités sanitaires et les associations de lutte contre le cancer, de poser des actes concrets dans le cadre de cette lutte.
‘’La chimiothérapie sera gratuite pour les femmes atteintes du cancer du col de l’utérus ou du sein au Sénégal’’, c’est une déclaration du ministre sénégalais de la santé et de l’action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr et cette décision a pris effet depuis le 1er octobre 2019. Le Gouvernement sénégalais a inscrit dans le budget 2019 un (1) milliard de francs CFA (environ 2 millions U$) pour la prise en charge des malades du cancer.

Incontournable dans ce combat, la Ligue sénégalaise contre le cancer (Lisca) compte subventionner plus de 2.000 mammographies à Dakar et plusieurs centaines dans les régions. Le traitement du cancer du sein, découvert tardivement, a un coût de 2 millions de FCFA en moyenne, une somme exorbitante pour la majorité des femmes sénégalaises.

Pour éviter cette situation, la Lisca leur permet de se faire dépister très tôt. « C’est un cancer qui ne se dépiste que par un examen mammographique qui est assez coûteux au Sénégal, entre 60.000 FCFA et 80.000 FCFA dans le privé. Nos partenaires radiologues ont réduit le coût à 30.000 FCFA mais on s’est dit que c’est toujours assez coûteux pour la femme qui veut se faire dépister. On a donc décidé qu’elles allaient payer 15.000 FCFA et le reste va être subventionné par la Lisca», explique-le Dr. Fatma Guénoune, la présidente de la Lisca.

S’agissant du Bénin, 68% des cancers sont développés par des femmes avec 1 cas sur 2 de cancers du sein. Les autres cas de cancer chez la femme, regroupent le cancer du col de l’utérus, les tumeurs du corps de l’utérus, le cancer de l’ovaire et le cancer de la vulve.

Des associations et Organisation Non Gouvernementale (ONG) comme, Healthy Eating House, OASIS Bénin, Association Second Life, SOS Cancer Bénin, qui se sont données la mission de contribuer à la lutte contre le cancer dans ce pays, organisent des séances de sensibilisation sur le terrain, le long de l’année.
Elles mettent à disposition de la population, des professionnels en la matière, qui partagent des informations utiles et importantes.

Dans le cadre d’Octobre Rose, une série d’événements est prévue: des conférences publiques, Une Zumba Party, Une Marche Rose A l’issue de laquelle, un dépistage gratuit est prévu, par des équipes spécialisées.

Au Ghana, l’organisation caritative Cancer Connect GH s’est depuis lancée dans la sensibilisation en partageant des infographies simples allant droit à l’essentiel de ce qu’il y a à savoir.
L’organisation a prévu toutes une série d’événements le mois d’Octobre: une session éducative : Education Drive, un dépistage gratuit : Screening Drive tous les mercredis et une campagne de collecte de fonds : Fundraising Drive en soutien aux malades, par la vente de T-Shirt roses.

Cancer Support Network of Ghana, quant à elle est depuis le 1er Octobre sur le terrain, pour deux semaines de campagne visuelle dans les rues. Un dépistage gratuit aura lieu à Accra et environs et Un Pink Walk’ 18 (la marche rose).
L’association Health Cast Ghana s’implique aussi activement dans la lutte en procurant des conseils de prévention et en offrant aux femmes la possibilité de poser toutes leurs questions relatives au cancer de sein.

Au Nigéria, Medical Women’s Association of Nigeria (MWAN) organise entre autres le Pink Luncheon 2019, une campagne de collecte de fonds pour les malades les plus nécessiteux. Le Pink Luncheon se composera d’un panel de discussion, des jeux, de la nourriture et des boissons et de la dance. Les tickets sont payants et permettront de collecter des fonds.

L’association sera en pleine sensibilisation sur le terrain, avec un dépistage gratuit le 16 Octobre 2018 au secrétariat de l’association.
Une autre organisation Free Breast and Cervical Cancer Screening – Nigeria organise le Pink Walkaton à Lagos. Les participants bénéficieront de rafraîchissement, de T-shirts roses et d’un dépistage gratuit.
Mieux encore, l’organisation offre des dépistages gratuits de cancers de sein et du col de l’utérus tous les vendredis pendant toute l’année.

En Afrique, beaucoup de femmes ne découvrent leur pathologie que sur le tard, faute de visites médicales, alors que les chances de survie sont moindres. D’où le taux de mortalité élevé.

 

FADEL K.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *