Créations en Urgence

Créations en Urgence

Créations en Urgence s’est donné pour mission de soutenir les artistes et intellectuels de toutes disciplines qui ont dû abandonner leurs outils de création après avoir quitté leur pays dans des conditions d’urgence absolue (guerre, répression politique, discrimination sexuelle, catastrophe naturelle, etc.) et qui ne bénéficient pas d’aides publiques ou sont dans l’attente de celles-ci. Nous apportons une aide matérielle et financière à ces artistes et œuvrons à les mettre en relation avec des donateurs, des structures de création et de diffusion ainsi qu’avec d’autres artistes pour un parrainage artistique ou le partage d’espaces de travail. Le choix de financement de Créations en urgence repose sur la confiance que nous plaçons dans la capacité des citoyens à créer des réseaux d’entraide et de solidarité. Considérant en effet que les gouvernements contribuent (in)directement à ces déplacements forcés de populations, nous avons décidé de ne pas solliciter de fonds publics Nous souhaitons susciter progressivement un mouvement d’ampleur internationale en rassemblant autour du projet une « grande famille » déterminée, comme nous, à favoriser la poursuite de la pratique artistique et de la création à un moment où le besoin d’expression est primordial pour vivre ou survivre. Pour réaliser sa mission, l’association accepte les donations de la société civile et en appelle aux mécènes. Elle accepte les dons d’œuvres dont la vente financera le mouvement à l’occasion d’événements artistiques.

Notre Philosophie Les mouvements migratoires ont toujours existé, tant pour les humains que pour les espèces naturelles, un phénomène que le contexte de mondialisation galopante n’a fait qu’accentuer. Aujourd’hui, ces mouvements – principalement Sud-Nord – figent une représentation du migrant de plus en plus négative.

Cette vision de l’Autre, nourrie par des discours politiques dans lesquels la rhétorique de la peur et de l’envahissement sont régulièrement mobilisées, alimente quotidiennement une représentation erronée.

Elle creuse le fossé entre les individus et les cultures en prônant une concurrence exacerbant des catégories supposées supérieures, inférieures, fortes ou faibles, etc. Nous préférerons donc au terme de « migrant » (pour éviter toute confusion même si nous

croyons que ce terme est lié à la nature) celui de « visiteur » : en fin de compte, ne sommes pas, toutes et tous en visite sur cette terre ?

Pourquoi créer en urgence ? Parce que celles et ceux qui ont vécu la perte et qui vivent l’absence cherchent à créer en expérimentant avec ce vécu. La permanence de leur expression artistique est un besoin vital. Parce que le déplacement forcé, la précarité et l’isolement provisoire génèrent souvent une urgence d’expérimentation et de réinvention artistiques. Parce qu’il est important de toujours donner sa place à la création dans notre vie et tout particulièrement dans les situations d’urgence.

Pourquoi favoriser la création en urgence ?

Parce que nous défendons les œuvres plurielles nourries des expériences individuelles et/ou collectives qui sont autant de voix d’une histoire commune en perpétuelle construction, déconstruction et reconstruction. Parce que nous souhaitons multiplier les espaces de rencontre et d’échange afin de confronter les modes de pensée et les manières de vivre. Parce que nous croyons à la solidarité des artistes entre eux. Parce que nous croyons au partage, à la solidarité et au soutien des citoyens et de la société civile, sans barrière de nationalité, de territoire, de couleur, de classe sociale, de croyances et de tendances. Parce que nous croyons que notre soutien, nos actes et nos paroles peuvent participer à la création de sociétés plurielles et ouvertes. Parce que nous souhaitons apprendre à être à l’écoute. Parce que nous croyons à l’esprit critique de l’être humain. Parce que la réalisation d’une programmation audacieuse rassemblera et fera grandir une famille toujours plus nombreuse, plus diversifiée, plus généreuse, plus ouverte et plus connectée à l’Autre. Parce que nous privilégions un rapport direct et ouvert pour favoriser l’écoute et la connaissance, pour construire et expérimenter de nouvelles pratiques de gestion, d’organisation et de soutien, nous restons pragmatiques et réactifs. L’association organise, à Marseille et en partenariat avec d’autres structures dans le monde, des rencontres, des projections, des expositions, des concerts, des ventes aux enchères ainsi que des collectes de fonds.

Plateforme d’entraide

Créations en Urgence a besoin de vous pour exister. Chaque don contribue à maintenir la création dans un moment de fragilisation particulier et parfois de longue durée. Nous expérimenterons deux modalités d’action différentes : – La mise en relation directe de l’artiste ou de l’intellectuel avec son parrain (mécène ou artiste). Au-delà de la contribution financière et de la donation d’œuvres, ce contact vise à renforcer le lien et l’implication du donateur et de son filleul. – La médiation auprès des donateurs : nous recevons et gérons les soutiens financiers privés, le mécénat d’entreprises ou de particuliers

La vente d’œuvres et de « goodies » En parallèle aux événements organisés par l’association et ses partenaires. Créations en Urgence compte sur le soutien et la créativité des artistes pour soutenir la mutation des autres.

Les aides financières apportées à la structure seront notamment utilisées pour acheter du matériel permettant aux artistes et intellectuels de poursuivre leur pratique : création et recherche, production de nouvelles œuvres, publications, résidence pour la création de spectacles, etc. Les fonds peuvent couvrir la totalité ou une partie seulement de l’activité ou du projet proposé. Le nombre de bénéficiaires dépendra des besoins et des donations collectées.

Qui sommes nous ?

(Conseil d’administration et membre)

Emmanuelle Choin

J’ai passé mon enfance et mon adolescence au Maroc, le plus beau pays au monde… J’aime dormir à la belle étoile, les voyages en bus, les randonnées à pied, en vélo ou en kayak. Cette liberté de circulation à mon rythme et la rencontre de l’autre différent j’aimerais pouvoir la partager avec mes voisins. Je suis engagée dans la coordination de programmes de coopération culturelle et l’accompagnement de jeunes opérateurs à prendre leur envol et leur autonomie.

Geneviève Houssay

Ma vie s’est construite avec des convictions qui se sont affirmées dans le temps. Dans mon parcours, j’ai vécu en collectif, ou pas, dans plusieurs endroits en France. J’ai été responsable de plusieurs lieux de Cinéma et accompagné un certain nombre de collectifs, associations, artistes etc.

Khadija El Bennaoui

C’est mon désir d’explorer le monde qui a motivé mon engagement dans les domaines artistiques et culturels. Plus j’évoluais dans mon travail, plus je comprenais que les arts et la culture étaient plus que des loisirs. Ils sont une invitation à la confrontation avec soimême, à l’autocritique, mais plus encore, une invitation à accepter les opinions divergentes, les points de vue différents d’un monde à l’autre, avec tout ce qu’ils représentent culturellement, socialement et économiquement. Dans mon temps libre, j’aime faire pousser des plantes, cueillir des épices ou faire de longues promenades dans la nature.

Mylène Gaillon

Je suis passionnée par l’art, la littérature et le cinéma. J’ai passé un an au Mexique ce qui a renforcé mon vif intérêt pour les voyages et la photographie (et aussi pour le mezcal). J’ai travaillé pour des institutions culturelles, notamment dans le montage d’expositions et la programmation cinéma avant de m’intéresser au spectacle vivant. Je ne suis pas qu’obsédée par le désir de voyager mais aussi par la culture du thé.

Samar Kehdy

Je suis libanaise et de par mon histoire, j’ai vécu dans différents endroits. Naturalisée belge et vis à Marseille depuis 2012. Je parle plusieurs langues ne maîtrisant que ma langue maternelle, l’arabe. La question de la perception et de la représentation ont traversé mon parcours professionnel et personnel plus particulièrement ces dernières années. De fil en aiguille, je suis arrivée à un endroit où ça ne m’intéresse plus d’être dans l’ « évènementiel », ni « à la marge » ni de sentir le besoin d’être une personne importante ou nécessaire à l’autre. J’aimerais bien construire ma vie dans la convergence de nos différences culturelles. Le but de tout ça est aussi de vivre la beauté de la nature dont on fait partie.

(Les ami.es)

Abd Alssattar El-Herek, Eric Demech, Georges Daaboul, Lyne Strouc, Nasri Sayegh, Natasha Llorens, Caetano Carvalho,

(Artistes qui ont aidé)

Alfons Alt, Anne Pons, Benoit Tabary, Khaled Dawwa, Lara Tabet, Lena Merhej, Lisa Mandel, Lucie Bitunjac, Mathias Poisson, Pierre Monestier, Randa Mirza, Sylvie Paz,

(les mécènes) LouBess, Sporting Club Corniche – Les Dauphins,

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *