5 grands scientifiques africains

Les hommes et les femmes africains ont fait d’incroyables découvertes scientifiques depuis le début de l’histoire et continuent encore aujourd’hui. Voici 5 grands scientifiques africains qui ont marqué l’histoire.

  • Wangari Muta Maathai

Wangari Muta Maathai est une grande protectrice de l’environnement et les droits de l’homme. Elle est également la première femme africaine à avoir reçu le prix Nobel de la paix. Née à Nyeri au Kenya le 1er avril 1940, elle est devenue l’une des premières femmes à occuper des postes de direction à l’université. Quand elle faisait partie du Conseil National des Femmes du Kenya, Wangari Maathai a commencé le mouvement “ceinture verte”. Le mouvement Green Belt, mené par le prix Nobel de la paix en 2004, a contribué à améliorer la qualité de vie des femmes et à conserver l’environnement. Wangari Maathai est décédée en 2011, mais son travail aide encore de nombreuses personnes.

  • Tewolde Berhan Gebre Egziabher

Tewolde est un scientifique spécialisé dans les plantes connu pour son travail de protection de l’environnement, des agriculteurs et des communautés tant au niveau national que mondial. Tewolde est né le 19 février 1940 dans un petit village près d’Adwa à Tigray en Ethiopie. Ses parents croyaient à l’importance de l’éducation, c’est pourquoi il est devenu l’écologiste spécialisé dans les plantes le plus qualifié d’Éthiopie. Tewolde a joué un rôle majeur dans la représentation de l’Afrique pour les droits de l’environnement et des communauté. Son travail a été récompensé à plusieurs reprises: le Right Livelihood Award en 2000 et le prix Champions of the Earth en 2006.

  • Nashwa Eassa

Nashwa Eassa est un physicien spécialisé dans les nanoparticules. Elle a fondé l’organisation “Sudanese Women in Science” pour aider les femmes scientifiques. Née près de Khartoum au Soudan, elle a fait ses études en Suède et en Afrique du Sud. Ses recherches s’appliquent aux domaines de l’électronique et de la purification de l’eau. De plus elle a reçu le Prix de la Fondation Elsevier qui récompense les scientifiques débutant dans le domaine du développement. Son organisation “Sudanese Women in Science” propose des formations et des conseils pour les scientifiques féminines, ainsi pour les chercheurs spécialisé dans le traitement de l’eau dans les zones en développement.

  • Godliver Businge

Godliver Businge est un ingénieur qui forme les femmes à la construction et qui organise une émission de radio pour discuter de l’importance l’éducation des filles. Depuis l’Ouganda, Godliver a remis en question les stéréotypes sur les femmes dans l’ingénierie dès leur plus jeune âge. Elle a étudié à l’Institut technique de St. Joseph’s en Ouganda. Non seulement elle était la seule femme de sa classe mais elle a également obtenu les meilleures notes. En tant que principal formateur technique de l’organisation Global Women’s Water Initiative, Godliver enseigne des compétences techniques aux femmes (le travail des métaux, la pose de briques, le béton, la menuiserie, la mécanique, la plomberie…)

  • William Kamkwamba

William Kamkwamba est devenu mondialement connu grâce l’éolienne qu’il a mis au point afin de fournir de l’électricité avec des matériaux bon marché. Il utilise des matériaux provenant des chantiers d’acier et s’est formé seul en lisant des livres à la bibliothèque. Né le 5 août 1987 à Dowa au Malawi, William a dû abandonner l’école secondaire car sa famille ne pouvait payer ses études. Il s’est révélé être un inventeur brillant quand il a commencé à lire des livres à la bibliothèque. En plus de son éolienne, William Kamkwamba a aussi inventé une pompe à eau alimentée par le soleil, parlé à des conférences mondiales, écrit un livre et une pièce de théâtre. William continue d’utiliser sa créativité et ses connaissances pour aider les communautés au Malawi.

 

Ashley Tsai , Right for Education

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *